lun. 01 avr. | 4 Rue des Bains

Ivan Geissler, baryton Orlando Bass, piano - Studio des Momidjis (1)

A la source du lied romantique sur les poèmes de Heinrich Heine Schubert Le chant du cygne - 6 lieder Schumann Les amours du poète
Les inscriptions sont closes
Ivan Geissler, baryton      Orlando Bass, piano  -   Studio des Momidjis (1)

Heure et lieu

01 avr. 2019, 19:00
4 Rue des Bains, 4 Rue des Bains, 14290 Orbec, France

À propos de l'événement

Schubert Le chant du cygne - 6 lieder

1828 - Schubert eut tout juste le temps, avant sa mort prématurée, de découvrir la poésie de Heine, qui lui inspira ces six lieder extraordinaires publiés plus tard dans le recueil du Chant du cygne.

Schumann Les amours du poète

1840, c’est une année féconde de Schumann. La musique exprime tous les malheurs que le poète a dû affronter avant de pouvoir épouser son amour, Clara Wieck.

Ivan GEISSLER Après des études complètes au Conservatoire National de Région de Nancy dans la classe d’Arcadi Volodos, Ivan GEISSLER rejoint l’Atelier Lyrique de l’Opéra National de Paris pour deux saisons de 2005 à 2006. 

La qualité rare de son timbre et son exceptionnelle musicalité en font un interprète recherché du répertoire classique. Il est particulièrement remarqué dans Enrico (l’Isola Disabitata de Haydn, mise en scène de Dominique Pitoiset) ainsi que dans le rôle de Guglielmo (Così fan tutte de Mozart, mise en scène de Jean-Yves Ruf) au sein de l’Atelier Lyrique.

Très apprécié dans le répertoire baroque, il est l’invité du Festival d’Aix en Provence où il chante Enée dans une nouvelle production de Didon et Enée de Purcell (mise en scène de Jacques Osinski). Il est également Apollon dans l’Orféo de Monteverdi à l’Opéra National de Lyon sous la direction de Philip Pickett. Pierre d’angle de son répertoire, le rôle de Pelléas lui est confié très tôt à l’Opera National de Montpellier en 2008 dans une mise en scène de Jean-Yves Courrégelongue. On a pu entendre par la suite son Pelléas sous la direction de Marc Minkowsky (Théatre Stanislavsky à Moscou) et en version concert au Théâtre du Châtelet avec Jean -François Zygel.

Interprète éclectique, Ivan Geissler aime chanter le répertoire moderne et contemporain. On a notamment pu l’écouter dans le rôle du Voyageur Etranger (Dolores de André Jolivet) à l’Opéra National de Rennes. Il participe à deux créations lyrique ces dernières années: Diomède dans Scènes de Chasse de Renée Koering à l’Opéra National de Montpellier (enregistré chez Universal) et Listandre dans Pastorale de Gérard Pesson au Théâtre du Châtelet.

 Ivan Geissler est un passionné du répertoire de la mélodie et du lied. il se produit régulièrement en récital, notamment pour le Festival d’Aix en Provence lors d’un « récital Hugo Wolf » pour France Musique, « récital Schubert » à l’Auditorium du Louvre. Il collabore avec Jean-Francois Zygel autour de la mélodie française à Paris.

Il participe également à l’enregistrement de la première intégrale en dvd (diapason d’or) des oeuvres complètes d’Oliver Greif (Quatuor numéro 3 « Todesfuge »).

A l’oratorio, Ivan Geissler est un musicien souvent sollicité dans tout le répertoire. Il chante les cantates de Bach notamment la BWV82 « Ich Habe Genug » accompagné par Les Musiciens du Louvre à Grenoble puis l’Ensemble « les Inventions » au Festival Bach en Combrailles. Il chante le Requiem Allemand de Brahms sous la baguette de Bernard Tétu et sous la direction de Michel Picquemal. Il est régulièrement invité depuis 2007 au Pays-Bas pour y chanter la Passion selon Saint Matthieu.

Ivan Geissler est lauréat de plusieurs concours internationaux . Il obtient un premier prix au Concours Européen de Mâcon, le prix « Dalton Baldwin » au Concours International Francisco Vinas à Barcelone et un premier prix au Concours International de Marmande. Il est finaliste du Concours Maria Callas à Athènes. Il est également lauréat à deux reprises du Concours International de Clermont-Ferrand.

Ces dernières saisons, nous avons pu entendre Ivan au Festival de Radio-France dans Oedipe (Oedipe à Colonne de Sacchini, spectacle « C’était Marie-Antoinette » de Jean-Paul Scarpitta), Tom dans Jeremy Fisher d’Isabelle Aboulker à l’Opéra National de Lyon, Ajax dans La Belle Hélène d’Offenbach à Liège et à Montpellier, le Dancaïre dans Carmen à l’Opéra de Toulon.

  

Orlando BASS a un goût musical assez éclectique, l'amenant à des activités nombreuses et variées. Il étudie actuellement au CNSMD de Paris, dans les classes d'écriture (Fabien Waksman, Jean-Baptiste Courtois, David Lesczynski, Thierry Escaich, Alain Mabit), d'accompagnement (Jean-Frédéric Neuburger), de piano (Roger Muraro) et d'improvisation (Jean-François Zygel).

Le répertoire moderne et contemporain lui tient particulièrement à cœur, et il l’interprète fréquemment en tant que soliste, chambriste ou musicien d'orchestre, le plus souvent mis en relief par un répertoire plus conventionnel. Il gagne le Grand prix du Concours-Festival répertoire pianistique moderne en avril 2016, auréolé de l'enregistrement d'un disque consacré aux Préludes et Fugues du XXe siècle, ainsi que le Premier prix du Concours Les virtuoses du cœur en mars 2016. Il réalise aussi en ce moment un travail autour de la musique du compositeur-peintre-graveur Michel Ciry, accompagné d’un enregistrement et d’un mémoire analytique.

En revanche, c'est au clavecin qu'il préfère jouer le répertoire du XVIe au XVIIIe siècles. Il obtient en novembre 2015 le Premier prix du Concours de clavecin de Bologne, Fondation Paola Bernardi. Il tourne actuellement avec Mireille Podeur une série de concerts autour de transcriptions pour deux clavecins. Ils ont réalisé deux enregistrements pour la maison de disques Maguelone, et en préparent un troisième.

Également improvisateur et compositeur, il aime particulièrement accompagner le cinéma muet, en revisitant en direct la bande sonore. Son catalogue d'œuvres compte un Quintette avec piano, une Sonate pour violon seul, la Barcarolle, Cadence et Youkali pour saxophone alto et piano, Strates et un Prélude et Fugue pour piano seul, Prélude à l'imitation de L. Couperin pour clavecin seul, parmi d'autres pièces pour petite formation.

Partager cet événement